Jean Rouaud en invité surprise

Jean Rouaud. DR

Inviter Alain Borer à donner une conférence, c’est ouvrir la porte aux surprises et aux amis.

Chehem Watta, en France pour quelques semaines, fera le voyage de Charleville et commencera la soirée en conversation avec Alain Borer.

Sera ensuite projeté un extrait du Voleur de feu, film de Charles Brabant, avec Léo Ferré, tourné à Harar en 1976.

Sophie Bourel dira des poèmes de Rimbaud en contrepoint de l’intervention d’Alain Borer, poète, écrivain-voyageur, romancier, essayiste…, auteur de nombreux livres sur le poète ardennais, prestation qu’il a choisi d’intituler : Rimbaud : la POÉVIE.

Et Jean Rouaud nous réserve une surprise.

Chehem Watta à Charleville

Le poète Chehem Watta, auteur de Rimbaud l’Africain. Diseur de silence, recueil de poèmes paru à l’Harmattan en 2012, sera parmi nous vendredi et dialoguera avec Alain Borer lors de la soirée consacrée aux années éthiopiennes d’Arthur Rimbaud, poète devenu explorateur négociant.

Chehem me dit le grand plaisir qu’il a de se rendre pour la première fois dans la ville natale d’Arthur Rimbaud.

L’actrice Sophie Bourel dira des textes de Rimbaud.

« ARTHUR RIMBAUD PHOTOGRAPHE », le livre

Une des feuilles du livre, tout juste imprimée.
Une des feuilles du livre, tout juste imprimée.
© H. FONTAINE.

« ARTHUR RIMBAUD PHOTOGRAPHE ».

Texte de Hugues FONTAINE.

216 pages. 149 photographies, cartes et illustrations dont un grand nombre d’inédits. 190 x 245 mm à la française, relié, couverture carton, dos rond. 35 €. Publié avec le soutien du Centre National du Livre.

À paraître prochainement aux éditions TEXTUEL.

Le 6 mai 1883, Arthur Rimbaud envoie à sa mère et à sa sœur Isabelle trois portraits « de moi-même par moi-même ». Mal lavées, ces épreuves blanchissent et son visage y est à peine lisible. Pourtant d’autres photographies qu’il vient de faire, de son adjoint le Grec Sotiro, d’un fabricant de sacs, sont de bonnes images. Que disent ces trois ratés ? Rimbaud se dissimule-t-il dans le paysage ? Pourquoi s’est-il fait photographe ? Quel était son projet à Harar ? Avec quel matériel a-t-il travaillé ? Combien a-t-il fait de photographies ?

Explorant cet aspect peu connu de la vie du poète devenu explorateur et négociant entre l’Arabie et l’Afrique, Hugues Fontaine, lui-même photographe, bon connaisseur du Yémen et de l’Afrique orientale, nous raconte l’expérience photographique de Rimbaud en Abyssinie (Éthiopie). Ce faisant, il nous offre une iconographie abondante, soigneusement composée et en grande partie inédite, augmentée de trois photographies qu’il vient de découvrir à Vienne, attribuées à Arthur Rimbaud en 1892 par l’explorateur autrichien Philipp Paulitschke, lequel s’était rendu dans la Corne de l’Afrique en février 1885.

ALAIN BORER. «Rimbaud : la POÉVIE»

Alain BORER- Photo © Hélie-Gallimard

Pour la prochaine manifestation autour de l’exposition RIMBAUD PHOTOGRAPHE, nous aurons le plaisir de recevoir Alain BORER le vendredi 28 juin à 18:00 à la Médiathèque Voyelles.

Développant L’Œuvre-vie d’Arthur Rimbaud, Alain Borer tire les dernière conclusions de l’unité profonde du poète-aventurier-négociant qui se disait « un piéton, rien de plus ».

http://www.alainborer.fr/

Rimbaud, pourquoi l’Éthiopie ?

La découverte de trois, voire quatre photographies que Rimbaud a pu prendre dans le pays des Gallas-Itous, longeant les monts Tchertcher, en compagnie de l’explorateur Jules Borelli, relance la question de son intérêt pour la photographie. Nous sommes en 1887. Il a revendu son propre appareil en 1885. On sait qu’il échangera, justement avec le même Borelli, en 1889, une correspondance où il sera question de cet autre étonnant photographe de l’Éthiopie qu’est Édouard Bidault de Glatigné, que Rimbaud connaît bien. 

« Bidault, pérégrinant et photographiant dans les monts du Harar » (lettre à Alfred Ilg, Harar, le 25 juin 1888).

« Je dis bonjour à Bidault de votre part. Il vous salue avec empressement. Il n’a pas encore pu placer sa collection de photographies du pays qui est à présent complète. On ne l’a pas rappelé au Choa ni ailleurs et il vit toujours dans la contemplation » (lettre à Jules Borelli, Harar, 25 février 1889).

Mausolée du sheykh Abader à Harar. Photographie d’Édouard Bidault de Glatigné vers 1888.
Coll. particulière.

Mais cette découverte nous parle au fond très bien de Rimbaud en Éthiopie.

Il y photographie des enfants et ce très beau rituel antique, pratiqué au quotidien, du lavage des pieds. Dido Lykoudis me dit qu’elle a vu faire cela chez sa grand-mère en Éthiopie.

Il compose ce tableau des enfants encadrant le massaub couché dans l’herbe. C’est le regard du poète.

Il photographie la katama du ras Darghé, une forteresse établie sur la route entre Entotto, la capitale du royaume, et la cité de Harar, qui était encore il y a peu gouvernée par l’émir musulman Abdullaï. Et là, c’est Rimbaud l’observateur du terrain politique. 

Samedi 25 mai à 18:00 à la médiathèque Voyelles de Charleville-Mézières, Éloi Ficquet, André Guyaux, Jean-Luc Steinmetz aborderont chacun à leur façon la question de Rimbaud en Éthiopie

Je montrerai en première partie des photographies prises en 1868 dans ce que les Européens nomment alors l’Abyssinie, et que Rimbaud a très probablement vues lorsqu’il était à Londres entre 1872 et 1874.

Éloi Ficquet est ardennais. Ce n’est pas pour suivre les traces d’Arthur Rimbaud, mais sans doute motivé par une quête d’ailleurs, qu’il a commencé par voyager en Éthiopie. Fasciné par un pays aux cultures, langues et religions multiples au carrefour des grandes civilisations du monde, il s’est consacré à l’étude de l’histoire des peuples de la Corne de l’Afrique du XVIe siècle jusqu’à aujourd’hui. Il a dirigé à Addis Abeba le centre français des études éthiopiennes, et c’est aujourd’hui à l’École des hautes études en sciences sociales qu’il enseigne.

Il propose de nous entretenir de « la fonction reliquaire d’Arthur Rimbaud dans l’étude de l’histoire contemporaine précoce d’Éthiopie ». 

André Guyaux nous parlera de : « Illusion, déception, ou le fort-da du voyageur ».

André Guyaux est professeur à la Faculté des lettres de Sorbonne Université, où il dirige le centre de recherche sur la littérature du XIXe siècle. Il est l’auteur d’une thèse sur les poèmes en prose de Rimbaud (Poétique du fragment. Essai sur les «Illuminations» de Rimbaud, 1985), d’une Bibliographie des «Illuminations» établie en collaboration avec Olivier Bivort (1991) et d’un essai intitulé Duplicités de Rimbaud (1991). Il a dirigé un Cahier de L’Herne Rimbaud (1993) et établi l’édition des Œuvres complètes de Rimbaud à la Pléiade (2009).

André Guyaux s’intéresse aussi à Baudelaire et à Huysmans. Il dirige, avec Pierre Jourde, une édition des Romans et nouvelles de Huysmans, à paraître en octobre 2019 dans la Bibliothèque de la Pléiade.

Jean-Luc Steinmetz a choisi de traiter de « Rimbaud, Éthiopie : incidences et coïncidences ».

Jean-Luc Steinmetz, professeur émérite de l’Université de Nantes, est biographe et poète.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Quatre négatifs dans le fonds Jules Borelli

vitrine Borelli de l'exposition Rimbaud photographe

Comme on peut le voir dans une des vitrines de l’exposition qui vient d’ouvrir ses portes hier au musée Arthur Rimbaud de Charleville-Mézières, les images que Philipp Paultischke attribue à Arthur Rimbaud dans son registre se retrouvent dans le fonds des photographies de Jules Borelli conservées aujourd’hui au musée du quai Branly à Paris.

Je montre sur une table lumineuse les fac-simile de quatre négatifs sur film pelliculaire au gélatino-bromure d’argent. Leur format est 12,5 x 17,5 cm.

vitrine Borelli de l'exposition Rimbaud photographe
« Vitrine Borelli » dans la salle de l’exposition, Auberge verte.

Ce procédé sur du film souple (une gélatine) sur laquelle était coulée une émulsion au gélatino-bromure d’argent avait l’avantage de la légèreté sur celui des plaques de verre au gélatino-bromure d’argent, comme Rimbaud a pu en utiliser en 1883.

Borelli qui voyage plus de trois années en Éthiopie avait fait le choix de ne pas s’équiper avec des plaques de verre, lourdes et fragiles, plus difficiles à transporter.

Je montre également ouvert à la page 230-231 de l’ouvrage maître de Jules Borelli, paru en 1890, Éthiopie méridionale : journal de mon voyage aux pays Amhara, Oromo et Sidama, septembre 1885 à novembre 1888l, la gravure de la katama, la « citadelle » du ras Darghé.

L’ouvrage se présente comme un journal. La présence de cette gravure accompagnant le récit permet de dater du 14 mai 1887 la prise de vue de cette image.

Gravure p. 231 d’Éthiopie méridionale.

Pourquoi présenter quatre négatifs ?

Le quatrième montre trois enfants assis autour du même personnage, vêtu d’une shamma, toge de coton ici réhaussée d’une bande vraisemblablement rouge, que celui que l’on voit sur une des trois épreuves papier de la collection Paulitschke légendée « Lavage de pieds au Choa ». On retrouve aussi le même bouclier et la lance.

Négatif PF0137802 du fonds Jules Borelli, musée du quai Branly, Paris.

Or cette photographie, qui existe aussi dans la collection Paulitschke sous forme d’épreuve sur papier est, elle, mise en relation par le savant autrichien avec le nom de Mgr Taurin Cahagne. Peut-on penser : « attribuée » à Taurin Cahagne ?

Mgr Taurin Cahagne, « vicaire apostolique des Gallas », était arrivé à Harar en avril 1881, profitant du voyage qui faisait Alfred Bardey. Cela est très bien relaté dans Barr-Adjam : souvenirs d’Afrique orientale, 1800-1887 d’Alfred Bardey.

Paulitschke a rencontré Taurin Cahagne lors de son séjour à Harar en février-mars 1885 comme en témoigne un très beau portrait que Paulitschke fait de lui et que vous pouvez voir dans une des vitrines du cabinet de curiosité de la salle Voyages du musée Rimbaud.

Taurin Cahagne, nous le savons parfaitement, n’est pas du voyage que Rimbaud et Borelli font de conserve entre Entotto et Harar du 1er au 20 mai 1887 par la route des Itous Gallas, longeant les monts Tchercher.

La mention « Name des Collectors » qui figure sur l’onglet du registre de Paulitschke est donc bien à prendre dans le cas de cette photographie à la lettre : « celui qui détient une collection ». D’ailleurs, je n’ai pas connaissance que Taurin Cahagne ait fait de la photographie.

Cela n’est toutefois pas exclu : Taurin Cahagne prend bien des mesures de topographie qu’il envoie au savant Antoine d’Abbadie pour compléter les cartes que ce dernier dresse de la région. Rimbaud nous dit aussi qu’il veut, avec son projet d’ouvrage illustré sur Harar et le pays Galla, « couper l’herbe sous les pieds » de Taurin Cahagne, engagé lui aussi dans un projet similaire.

Alors pour quelle raison cette image est-elle liée dans le registre de Paulitschke au nom de Taurin Cahagne tandis que les trois autres le sont à celui d’Arthur Rimbaud ?

Ce point particulier pose toute la question de cette attribution (?) par Paulitschke des trois photographies à Arthur Rimbaud. Que veut dire exactement Paulitschke avec l’expression « Name des Collectors » qu’il utilise indifféremment (du moins dans la confection de son registre) pour les objets ethnographiques, qui emplissent les onze premières pages du registre, que pour les épreuves photographiques détaillées dans les dix dernières pages (Paulitschke numérote des doubles pages)

Détail de l’onglet commun dans le registre de Paulitschke aux pages consacrées à la description des artefacts et à celles des épreuves photographiques

Dans quelles conditions exactes Paulitschke a-t-il obtenu ces images prises sur l’itinéraire d’Entotto à Harar en mai 1887 ? Ce que nous savons de manière avérée pour l’image de la citadelle et que nous présumons pour celles des enfants.

Serait-ce auprès de Taurin Cahagne avec qui Paulitschke a pu entretenir une correspondance entre l’Autriche et l’Éthiopie, comme il le fait avec le Grec Sotiro à propos du récit de l’assassinat du Comte Porro ?

Quand Arthur Rimbaud doit quitter Harar en avril 1891, le genou horriblement enflé au point qu’il lui faut gagner Zeilah, puis Aden et Marseille où il sera amputé de sa jambe le 27 mai 1891, il laisse probablement derrière lui à Harar certaines de ses affaires et possiblement les confie-t-il à Taurin Cahagne, avec lequel il est en très bons termes.

Dernier point : nous savons – il l’écrit dans Éthiopie méridionale – que Jules Borelli, est en mesure de développer ses négatifs sur le terrain et de faire également des tirages sur du papier sensibilisé, au moyen d’un châssis-presse, par « noircissement direct » à la lumière du soleil.

Si, comme j’en ai fait l’hypothèse, Rimbaud peut avoir fait ces trois images avec l’appareil de Jules Borelli, il peut aussi avoir réalisé, lui-même ou bien Borelli, des épreuves sur papier de ces trois – ou de ces quatre images…

La troisième photographie

Voici la troisième photographie :

© Weltmuseum Vienne.

Galla: Kindern mit dem Massaub. Tisch (« Galla : enfants avec un massaub. Table »). La photographie représente deux enfants assis dans l’herbe (un garçon et une fille ?) qui regardent le photographe. Entre les deux, couchée sur le côté, une table en vannerie (massaub), comme on en utilise sur les hautes terres de l’Éthiopie.

Et la page 18 du registre sur lequel figure le nom de Rimbaud. Sur deux lignes. La seconde fois, Paulitschke a écrit derselbe, « le même [nom] ».

Page 18 du registre de Philipp Paulitschke. © Weltmuseum.

RIMBAUD – TROIS NOUVELLES PHOTOGRAPHIES

C’est en faisant des recherches dans les fonds d’archives, publiques et privés, en Europe et en Éthiopie, que j’ai découvert au Weltmuseum à Vienne trois photographies que le savant autrichien Philipp Paulitschke, linguiste, géographe, ethnographe et photographe, qui s’est rendu à Harar en février-mars 1885, attribue à Arthur Rimbaud.

Le 30 mars 1892, sept ans après son voyage en Afrique de l’Est, Paulitschke donne au Naturhistorishes Hofmuseum, le musée d’histoire naturelle de Vienne, un ensemble de 244 objets ethnographiques et de 220 épreuves photographiques. Cette donation s’accompagne d’un inventaire soigneusement rédigé, signé le 27 février 1892. Comme dans un bon livre de comptabilité, avec des onglets qui se déplient, Paulitschke numérote les artefacts puis les tirages photographiques, donne une description, un nom de lieu et le nom de celui qui les a « collectés » (Name des Collectors) ainsi qu’une éventuelle observation. Cette appellation de Collector utilisée aussi bien pour les objets que pour les photographies convient certes aux premiers, mais pose à vrai dire un problème d’ambiguïté pour ces dernières. Paulitschke veut-il dire dans ce cas « photographe » ?

Il écrit en marge de la page 12 à propos des photographies qu’il a rassemblées : « La collection contient des types extrêmement rares de Danakil, des images ethnographiques des pays Galla et Somali, ainsi que du Choa. Presque tous les négatifs de ces photographies sont désormais perdus. Ceci est la plus grande collection existante de photographies originales sur l’Afrique orientale. » Toutes ces images sont à l’évidence des contretypes : photographies de photographies, positives ou négatives, tirées sur le même papier, contrecollées sur des cartons et légendées.

À trois reprises, page 18 et 19, figure le nom de « M. Rimbaud », en regard de trois numéros de photographies qui sont légendées :

1/ Galla: Kindern mit dem Massaub. Tisch (« Galla : enfants avec un massaub. Table »). La photographie représente deux enfants assis dans l’herbe (un garçon et une fille ?) qui regardent le photographe. Entre les deux, couchée sur le côté, une table en vannerie (massaub), comme on en utilise sur les hautes terres de l’Éthiopie.

2/ Fußwaschung in Schoa (« Lavage des pieds au Choa »). Un garçon (le même que dans la photographie précédente ?) lave les pieds d’un jeune noble dans un récipient en poterie. Assis sur un pliant (on en voit de pareils dans la collection de Paulitschke), celui-là tient à la main une lance. Son bouclier est posé près de lui. 

© Weltmuseum Vienne.

3/ Befestigüng im Lande der Galla-Itou : Cercer (« Fortifications en pays Galla-Itou : Tchercher »). Cette troisième photographie montre un paysage avec une fortification : la katama, « citadelle », du ras Darghé.

© Weltmuseum Vienne.

Cette dernière photographie donne plusieurs clés. Le lieu où a été prise la photographie et son sujet.

Mais elle pose aussi question. On la trouve en effet reproduite sous la forme d’une gravure dans l’ouvrage que publie Jules Borelli en 1890 : Éthiopie méridionale : journal de mon voyage aux pays Amhara, Oromo et Sidama, septembre 1885 à novembre 1888. Et, en cherchant dans le fonds photographique que Borelli a offert le 14 février 1908 au Laboratoire d’anthropologie du Museum à Paris (qui deviendra le musée de l’Homme), on trouve les négatifs de ces trois images.

Ce sont des négatifs dits « pelliculaires », c’est-à-dire des négatifs souples au gélatino-bromure d’argent, supports plus légers que les plaques de verre communément utilisées alors. Borelli a choisi ce procédé parce qu’il va voyager pendant plus de trois années.

On trouve aussi une quatrième image qui semble faire partie de la même série : avec le même garçon à qui on lave les pieds, vêtu de la même toge.  Or Paulitschke n’attribue pas cette image à Rimbaud, mais à Taurin Cahagne, vicaire apostolique des Gallas, arrivé à Harar en avril 1881, et que Rimbaud connaissait bien. Il attribue en revanche à Borelli 21 images, clichés que l’on retrouve bien dans le fonds photographique de l’explorateur.

Nous savons que Rimbaud et Borelli parcourent ensemble, entre le 1er et le 20 mai 1887, un itinéraire qui les conduit d’Entotto, ville où le roi du Choa, Ménélik II, a établi une de ses résidences, jusqu’à Harar, qu’il vient juste de conquérir. Le 14 mai, Borelli décrit dans son livre la visite que tous deux font de la place forte. Rimbaud, de son côté, raconte succinctement, à sa façon, cet épisode du voyage dans la « Lettre au directeur du Bosphore égyptien », qui est publiée au Caire en fin août 1887.

Je formule donc l’hypothèse qu’Arthur Rimbaud a pris ces trois photographies avec l’appareil photographique de Borelli. Il a en effet revendu le sien, vraisemblablement à Aden. Il écrit à sa mère et à sa sœur Isabelle le 14 avril 1885 : « L’appareil photographique ? À mon grand regret je l’ai revendu, mais sans perte ».

Je ne sais toutefois pas dans quelles circonstances exactes Paulitschke les a obtenues de Rimbaud.

A-t-il rencontré ce dernier à Aden lorsqu’il y passe en avril 1885 ? Alfred Bardey, l’employeur de Rimbaud, qui est le correspondant de la Société de géographie de Paris, a signalé le passage de l’expédition autrichienne. Il a également envoyé un portrait photographique de Hardegger, compagnon de voyage de Paulitschke, fait par Bidault de Glatigné, un aristocrate de la Mayenne en rupture de ban, qui a quitté lui aussi la France et s’est établi comme photographe à Aden (Rimbaud l’hébergera chez lui à Harar en 1888). Mais même si Paulitschke a rencontré parmi ces Français vivant à Harar le génial poète devenu négociant, celui-ci ne peut lui avoir donné ces photographies, qui ne seront faites qu’en mai 1887. Paulitschke aurait-il maintenu un contact avec le poète explorateur ? Les tient-il de Taurin Cahagne, comme peut le laisser supposer la quatrième photographie ?

Paulitschke meurt à Vienne précocement le 11 décembre 1899, soit huit ans avant le dépôt que fait Borelli de ses photographies au Laboratoire d’anthropologie du Museum à Paris. Il a donc rassemblé les photographies de Borelli soit directement auprès du voyageur, qui les utilise pour la publication de son livre en 1890, soit indirectement auprès de ceux qu’il nomme dans son registre des Collector. Paulitschke rassemble aussi des photographies d’autres voyageurs dont il est avéré qu’ils sont photographes : Paul Soleillet, Alfred Ilg, Édouard Bidault de Glatigné, Leopoldo Traversi… Il cite ainsi dix-neuf noms.

Voici la page 19 du registre de Philipp Paulitschke.

Page 19 du registre de Philipp Paulitschke. © Weltmuseum.

Une photographie est un document délicat à exploiter en tant que source historique si l’on manque d’informations essentielles sur les conditions de sa production : quel en est le photographe, quand la photographie a-t-elle été prise, à quel endroit, dans quelles conditions, pourquoi ? etc. La découverte de ces trois nouvelles photographies pose autant de questions qu’elle n’en règle, mais c’est un fait historique avéré qu’en 1892, un savant qui s’est rendu lui-même à Harar en 1885, les attribue à « M. Rimbaud ».

Nous les présentons au musée Arthur Rimbaud de Charleville-Mézières à l’occasion de l’exposition Rimbaud photographe. La recherche est un processus ouvert et nous espérons que l’avenir nous apportera de nouveaux éléments pour documenter mieux encore cette découverte.

Un livre, Rimbaud photographe, abondamment illustré, paraîtra à l’automne aux éditions Textuel.

Hugues Fontaine, 14 mai 2019.

http://rimbaudphotographe.eu/