Une tribune contre une pétition

La tribune n’est pas en accès libre. Dommage, car ce mode d’expression est tout de même préférable à l’outil de la pétition utilisé par les protagonistes du coup de pub fomenté par le trio Martel-Barré-Idier (via une certaine Marie-Laure Lefretin) à l’occasion de la réédition de la biographie de Lefrère, lesquels le présentent, ce méfait publicitaire – il faut du culot – comme une blague de potaches ! 

On peut en citer un paragraphe essentiel : « Une toute petite coterie est en fait à l’origine de la pétition militante qui demande la panthéonisation de Rimbaud et Verlaine ; elle relève d’une idéologie bien pensante et communautariste ; elle promeut une biographie de Rimbaud, en vente à cette occasion, très documentée, mais dont la particularité consiste à ne développer que l’infinie platitude des faits, c’est-à-dire à se débarrasser enfin de la poésie et des remises en question qu’elle porte depuis cent cinquante ans. Or ce qui caractérise les problématiques de l’amour chez Rimbaud ne se comprend que par la poésie – dans sa recherche désespérée, au-delà même des qualifications sexuelles, d’un nouveau corps amoureux. »

Le texte devrait convaincre le Président de la République à ne pas faire « cette gaffe » – souhaitons-le – même encouragé par toute une pléiade de personnalités illustres, « qui n’ont pas, il est vrai, forcément, toujours clarté de tout ». 

Maintenant, c’est clair, il y a tant de choses plus graves dont il faudrait s’occuper. Sacré #Rimbaud tout de même ! Tu n’as pas fini de susciter du bavardage. 

Laisser un commentaire

Required fields are marked *.